Créateur de notre réalité – par Catherine Pruvost

En ce moment j’adopte de nouvelles manières de vivre, je marche beaucoup et je prends le métro souvent. J’ai très peu utilisé ce moyen de transport dans le passé et en ce moment, par choix, pour changer mes habitudes de vie, je prends les transports en commun. Chaque fois que j’arrive dans les couloirs du métro je plonge dans un autre univers. C’est comme arriver dans une salle de cinéma et plonger dans le récit d’une aventure.
À force de ne lire que des livres de développement personnel, à force de côtoyer seulement des gens en cheminement, des gens ayant atteint une relative sérénité intérieure, à force de n’être intéressée que par l’évolution, j’avais oublié que cela est loin d’être la réalité de tous. Je passais à côté des gens, les « vrais gens ».
Depuis que je prends le métro, je vois et j’entends une autre réalité que celle des gens que je côtoye habituellement, j’entends même une autre réalité que celle des clients dans mon bureau de coaching parce que eux, même si ils ont besoin d’aide, ont été en mesure de venir la chercher.Je constate que nombre de mes concitoyens vivent toutes sortes de situations qui les font se sentir mal, des conflits, des séparations, des mésententes, des plaintes, des maux, des souffrances. Je ne sais si cela est dû au fait que j’y suis plus attentive, de par mon métier, mais je remarque que les humains ont un mal de vivre pour lequel ils semblent être impuissants.Nous n’avons jamais appris ni à l’école, ni dans notre éducation familiale comment gérer nos états internes, ni comment bien communiquer, ni comment vivre en harmonie. Ainsi en fonction de l’enfance que nous avons eu, des manques et des ratés des soins que nous avons reçus, nous avançons dans notre vie en restant agrippé à ce qui nous a marqué avec intensité. Tout ce qui nous a marqué avec intensité est bien configuré dans les structures de notre cerveau et va influencer toute notre vision de la réalité, tout ce que nous croyons, tout ce que nous percevons, tout ce que nous entendons. Notre cerveau est un véritable centre d’archives, miroir de l’existence que nous avons vécue.
Alors si ce qui nous a marqué avec intensité était négatif nous répétons des schémas qui seront teintés de négatif. Jour après jour nous recréons le passé, dans nos relations, dans nos carrières, dans notre couple, dans notre vie en général. Nous vivons dans le présent mais avec des paramètres du passé, ainsi notre présent ressemble à notre passé, et pire notre futur aussi! Tout ce que nous envisageons pour notre vie, que ce soit des décisions, des actions, des réflexions, la source se trouve dans notre cerveau pris à même notre centre d’archives. Comme notre cerveau préfère ce qu’il connait déjà il réutilise les mêmes circuits existants et nous incite ainsi à reproduire intégralement ce que nous connaissons déjà. Nous nous retrouvons dans des autoroutes de pensées qui nous font avancer à grandes vitesses dans une réalité que nous avons créée à partir de vieilles données. Nous ne pouvons alors nous étonner de revivre inlassablement des situations qui même nouvelles ont un gout de réchauffé.
Nous sentant impuissant à changer il nous reste la possibilité de blâmer les autres ce qui n’arrangera rien. Nous sommes les fabuleux créateurs de notre réalité. Comme disait Paul Watzlawick dans le titre de son livre : « Vous faites votre malheur vous-même ».

Nous pouvons ainsi laisser notre vie s’écouler, avec l’espoir que cela change, pour constater que plus ça change plus c’est pareil. Ou nous pouvons sortir de ces ornières en apprenant à mieux utiliser notre cerveau.

Pour ma part lorsque je vis un moment difficile, et je vous rassure cela m’arrive, plus ou moins souvent, à des degrés variables bien sûr, mon premier réflexe est d’écouter ce que je vis … heu non! Si je suis honnête mon premier réflexe est de pleurer! C’est vrai encore aujourd’hui. Mais cela dure bien moins longtemps qu’avant. Puis je reviens à moi et je me positionne différemment. Je cherche à écouter, des fois à comprendre, des fois à accueillir, des fois à prendre soin, puis je cherche le COMMENT! Ou le QUOI ! Comment je peux faire, ou qu’est-ce que je peux faire pour vivre ce que j’ai à vivre et diminuer mon mal-être. Mon cerveau à moi connait d’autres chemins que j’ai appris lors de mes nombreuses formations en développement personnel. Car si nous voulons changer des choses dans notre vie, il est bien sûr que nous aurons besoin d’apprendre des nouvelles choses. La bonne nouvelle c’est que même si je ne l’ai pas appris, je peux l’apprendre aujourd’hui.

Les outils qui, dans mon cheminement, m’ont le plus apporté sont issus de l’approche de la PNL, une approche porteuse de solutions qui offre dans ses enseignements beaucoup de moyens de se créer une nouvelle réalité. En comprenant mieux le fonctionnement des humains, les co-créateurs de cette approche ont développé une panoplie d’outils et d’interventions véritablement efficace sur le terrain de nos vies. Je ne sais pas si je me trompe mais j’ai l’impression que les gens qui vivent mal leur vie ou leur relation ont un sentiment d’impuissance et ne font que subir ce qui leur arrive comme une fatalité. Il est bon de savoir que non, ce n’est pas une fatalité et que nous pouvons reprendre la maitrise des évènements de notre vie, que nous pouvons vivre nos relations dans l’harmonie, que nous pouvons même devenir des modèles pour notre entourage.

Du fond du cœur je vous souhaite de trouver ce chemin qui conduit à une plus grande liberté intérieure.

Lumière et bienveillance dans votre vie !

Humanitum est une entreprise au service de l’évolution des humains.